Une fleur sauvage

Epris d'un vent fou qui souffle et m'éparpille,
Par l'embrasure de la muraille, je t'observe.
Dans la vallée, lointaine et rocailleuse,
Les premières lueurs du monde s'emmêlent.

Sur mes lèvres, je garde le sel de tes mots d'amour,
L'odeur de tes cheveux qui s'égarent dans le vent.
La nuit sous la lune, tu n'es qu'une ombre sans visage.
Dans les déserts, insoumise, une fleur sauvage.